Image Gina's Snags collector

 

Voici le fac-similé à peine retouché ( les fautes corrigées, des paraphrases infimes, quelques mots caviardés pour ne pas choquer ou pour respecter une confidentialité - notamment le secteur géographique - que la toile bafoue de toute manière en donnant libre accès à cette P.A.) d’une annonce sur laquelle tous (mineurs comme majeurs) peuvent actuellement tomber en tapant dans la nouvelle fonctionnalité du moteur de recherche le plus connu les quatre lettres fatidiques.

Je n’en dis pas plus par discrétion mais suis prête à fournir l’url de la page si noises pointaient à l’horizon.

 

Annonce du xx/xx//04

Couple homme très Dominant bi et femme très soumise bi, BDSM
depuis de nombreuses années, offre ses services pour des séminaires
privés dans le secteur de XXXXXXXXXXXX, pour gens à l'aise
financièrement. Entrez en contact avec moi, d’abord
par mail, ensuite au téléphone.

Au programme de la soirée, bondage de la soumise, xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
xxxxxxxxxx, cire et plus ainsi que ce que vous désirez voir, ce donc nous
pourrons discuter.

mail: xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Alors, voilà. Ce qui choque dans l’affaire c’est bien évidemment  le « pour gens à l’aise financièrement ». Certains d’entre nous monnayent donc leurs prestations publiques. Voilà une occasion d’en finir enfin avec l’idée de la seule Dominatrice vénale. Non, les hommes peuvent l’être aussi ( on se souvient du « coach » de l’automne ) et les couples sont de la partie : ils tiennent spectacle privé payant.

 

Ceci me rappelle d’ailleurs une autre annonce que l’on m’avait « mailée » il y a quelques mois : celle d’un couple qui se faisait fort d’ouvrir une école ou des stages - je ne me souviens plus exactement - pour soumises déjà « prises » afin de parfaire leur éducation (il faut être convaincu que les Maîtres sont des incapables pour proposer pareille idée) mais aussi les remettre en formes (le pluriel était, j'en suis certaine, voulu).

Si ma mémoire est bonne, cette annonce-là était bénévole. Enfin…bénévole…hum… On pouvait imaginer que l’on se paierait sur « la bête ».

 

C’est, somme toute, chose fréquente . Oui, il y a sans aucun doute chez nous un public assez misérable moralement pour être appâté par de semblables propositions.

 

Il existe une variante. Non payante à ma connaissance. Le prêt de la soumise par son Maître à un Maître « catégorie Plus-Plus ».

Cette variation est présente dans les trois grands best-sellers BDSM  dits « vécus » de ces dernières années. Dans chacun d’entre eux apparaît un Maître ( le même d’ailleurs si l’on prête foi à la véracité de ces récits, véracité que personne ne semble mettre en doute ) à qui l’on a confié plusieurs soumises afin qu’il s’en « occupe ».

Comme ce sont des soumises qui ont écrit ces livres, j’ajouterai par souci de totale honnêteté qu’elles ne s’en plaignent point dans leurs opus, bien au contraire.

 

Cependant, je vais avouer mon malaise à lire cela. D’une part, le Maître en question, tout hyper-sadique et inventif qu’il soit n’a, dans ces livres, pas de soumise lui appartenant « en propre » (et cela me rend perplexe quant à l’essence profonde et au sens de sa « position »), d’autre part je me demande à quoi ça rime de la part du Maître en titre et à quelle inconsciente faiblesse d’imagination, de supplément d’âme il remédie ainsi à travers ce « double en faux » auquel il offre sa compagne.

 

Même si je ne parle qu’en mon nom ici, c’est minable tout ça…Sordide.

Et pour une fois, je ne trouve pas de situation équivalente dans le libertinage hétéro « classique ».

Ne me citez pas les gang bangs que d’ailleurs un certain BDSM récupère allègrement au mépris de ses propres règles depuis quelque temps mais qui sont « historiquement » l’apanage des partouzards de toute époque.

 

Ce dont j’ai parlé ici ce soir n’a rien à voir.

Doublement minable donc d’avoir encore ça en rab dans le panier SM…