E COMME EXTREME ...   

 

Qu’est-ce d’autre que ce blog sinon la chronique d’un amour « à part », de son côté parfois « spectaculaire » et d’une réflexion sur cet aspect-là ?

Mises à la portée de tous parce que cette tranche de vie n’a rien des démons que l’on pense y déceler.

Mais il ne faut pas non plus chercher ici « le myosotis et puis la rose »… Parce que oui, c’est un amour qui se lit ici, mais un amour BDSM.

 

Raconter cet amour sur un blog uniquement consacré à ce thème, c’est déjà une forme d’exhibitionnisme. Verbal, virtuel mais exhibitionniste tout de même…

Elle n’a cependant rien d’extrême. Extrême, en SM, c’est autre chose !

 

Visité il y a quelques jours l’expo « Images en mouvement » au Guggenheim de Bilbao… Un autoportrait  de la photographe lesbienne-SM Catherine Opie trône au milieu d’une salle…

Bien qu’il soit disponible sur le Web, je ne le reproduirai pas ici.

Non qu’il me choque, il est simplement un aspect du SM qui ne me concerne pas. On l’y voit étroitement cagoulée de cuir, le thorax tatoué du mot « perverse » et vingt et une aiguilles plantées sur le côté de chaque bras…

Les gens passent, indifférents ou snobs… Dans ce dernier cas, ils commentent « l’Art »…

Quelques familles parfois se détournent manifestement…

 

 

Lu aussi ça et là des « checks lists » de soumis(es) : (la version très officielle et technique « chez nous » des questionnaires de Pierre, Paul ou Jacques sur u-blog) : si certain(e)s côté coups de martinet n’ont - disent-ils (elles) - aucune attirance,  ils(elles) excellent – semble-t-il ( ?) - ailleurs, côté humiliations verbales ou physiques ou trips sexuels hardissimes frôlant le « happening »…

 

Curieux détour mais j’en reviens toujours à l’ « Art » aujourd’hui…

 

Art et manière pour dire que je regrette si je choque parfois mais notre « monde » est comme un immeuble, il y a de la lumière dans chaque appartement et dans aucun d’entre eux ne se déroule la même scène. Et cet immeuble, notre « monde » est situé dans votre galaxie, notre galaxie, c’est à dire la galaxie qui nous est commune à toutes et tous, la société pour faire bref.

Moi, je ne fais que vous montrer un peu de ce qui se passe à UN étage de CET immeuble-LA…

 

Je suis une soumise, certes, et une masochiste même, mais je suis avant tout une femme libre. De ses choix, de TOUS ses choix, SM ou non SM…

Et l’ extrême n’est pas le « courant » qui me meut dans cet arbre tentaculaire, réseau de fleuves et de rivières qui compose la famille BDSM.

 

En fait, j’aurai presque tout d’un angelot !

 

;-)

 

PS : Les checks-lists, je vous en reparlerai : c’est ma lettre Q (comme Questionnaire).

Ben , oui, vous attendiez quoi de moi pour cette lettre-là ???