Image Senecal 

 

 

Retrouvé au hasard de mes lectures de ce samedi ce texte de Khalil Gibran, que l’on ne présente plus, lignes tirées du "Prophète", que chacun lira comme il le veut en comprenant sans mal toutefois quelles particulières résonances il peut avoir en moi…Autant de lectures et d’interprétations que de lecteurs, ne dit-on pas…

 

Votre douleur est l'éclatement de la coquille qui enferme votre entendement.

De même que le noyau doit se fendre afin que le coeur du fruit se présente au soleil,

Ainsi devrez-vous connaître la Douleur.

Si vous saviez garder votre coeur émerveillé devant les miracles quotidiens de votre vie,

Votre douleur ne vous paraîtrait pas moins merveilleuse que votre joie;

Vous accepteriez les saisons de votre coeur, comme vous avez toujours accepté

les saisons qui passent sur vos champs,

Et vous veilleriez avec sérénité durant les hivers de vos chagrins.

Une grande part de votre douleur a été choisie par vous.

C'est la potion amère avec quoi le médecin en vous guérit votre moi malade.

Faites confiance, alors, au médecin, et buvez son remède calmement et en silence.

Car sa main, si lourde et si rude soit-elle, est guidée par la tendre main de l'Invisible,

Et la coupe qu'il vous tend, bien qu'elle brûle vos lèvres, a été façonnée d'une argile

 que le Potier a imprégnée de Ses larmes sacrées.

 

Khalil Gibran - Le Prophète – Le livre de poche -