Voici un texte magnifique :

 

Nous ne retrouvons jamais le passé tel que nous l'avons vécu. Notre évocation est déformée par ce que nous sommes devenus et nos souvenirs évoluent avec nous-mêmes. La nostalgie est au choix un exercice esthétique du présent ou une distraction sensuelle, elle n'est jamais un retour au passé et les gens qui rapportent l'Histoire racontent bien des histoires. Conjurer l'irréversibilité des aiguilles, en passant de l'heure d'été à celle d'hiver par exemple, revient à retourner un sablier avec notre poussière dedans.

 

Je voudrais l’avoir écrit tant j’en ressens chaque mot dans ma chair et mon âme! Mieux encore: il m'apporte enfin la réponse et l'apaisement face à une vieille histoire de ma vie jamais vraiment terminée, jamais vraiment résolue, parce que je n'avais pas su placer ces mots-là sur elle...

Il est là :

http://avantlalettre.canalblog.com/archives/2004/11/05/163194.html

C’est à dire sur le nouveau blog de notre charismatique Semantème enfin retrouvé ( en passant par un commentaire lu chez Falo!)