PHOTO NORBERT GUTHIER

 

Dans mon noir

Je ne vois rien

Dans mon noir

Je me sens bien.

Tourbillonnent,

Feuilles d’automne,

Des fantasmes ravis

Des fantômes ébahis…

 

Dans mon noir

Il n’y a que moi

Puisque je perds Ton regard

Puisque je ne Te vois pas.

Je me laisse porter

Au gré de mes pensées.

Pensées folles,

Pensées drôles,

Je tiens mon étrangeté

Pour le coup réalité…

 

Dans mon noir de sombre soute

Il faut que tous les décomptes

Indéfiniment se comptent

Comme au goutte à goutte...

J’aime mes ombres malines

J’aime mes rêves salins

J’aime ce que je devine

J’aime ce que Tu détiens…

 

Dans mon noir, je me promène

Entre moi et puis moi-même

Dans mon noir j’attends enfin

Que Tu me rendes à mes fins…

Je me laisse dériver

Câline âme rassurée

Tout au long du fleuve lent

Où coule Ton et mon temps…

 

Un temps que je ne mesure

Plus, sur lequel je n’ai point prise

Le temps blanc d’une aventure

Dans mon doux noir de soumise….