tableau d'Arnulf Rainer

 

Ecrire un weblog, c’est passionnant.

C’est une aventure entre soi et soi, intime, profonde, quelque chose de très exhibitionniste (et donc très douloureux parfois ) aussi. Je suis convaincue qu’on ne peut tenir longtemps sur ce mode d’expression : un journal intime ouvert sans qu’il ne reflète profondément ce que nous sommes, glorieux, très rarement, ou, la plupart du temps, infiniment petits… Tous les blogs que j’aime sont ainsi, des tranches de vie douces et amères au fil des jours mais toujours authentiques.

 

Lire des blogs est ainsi fascinant. C’est la seconde face de la médaille du blogueur. Il ne peut longtemps tourner en rond dans son petit espace avec ses commentaires, il lui faut aller au-delà, chez les autres.

Un autre blog est toujours une découverte, un voyage, une intrusion dans l’intimité de quelqu’un qui a bien voulu qu’il en soit ainsi.

 

Je songe (entre autres) au blog Bric à blog : si je me plais tant à visiter Tarquine, c’est parce qu’elle est capable, la même semaine, de me faire rire, monter sur mes grands chevaux et parfois aussi pleurer comme une fontaine.

Il en est de même chez Klodd… Et tant d’autres.

 

On n’a pas que de bonnes surprises cependant en lecteur ou en lectrice de blog. Tôt ou tard on va tomber « chez » quelqu’un qui ne correspondra pas à cette règle du jeu, quelqu’un dont on ressentira au travers de ses lignes, combien il manque d’authenticité. Ce sont heureusement en général des gens qui postent peu.

 

Dans une autre galaxie ( ne cherchez pas, ce n’est pas celle du Petit Prince !), je connais un weblog tenu par une femme. Je le lis de temps à autre parce que sa structure me stupéfie.

A l’exception de quelques textes originaux ( je veux dire quelques fictions de sa plume), ses posts sont toujours de deux sortes : soit elle se plaint, soit elle s’auto-congratule.

Quand elle se plaint, c’est toujours des autres.

Quand elle s’auto-congratule, c’est en grandes envolées lyriques. Il faut dire qu’elle a une fâcheuse tendance à se voir en bienfaitrice de son prochain.

 

Il ne me serait  jamais venu à l’idée de lui consacrer quelques lignes si, récemment, elle ne s’était- subitement semble-t-il- intéressée au phénomène des blogs, pour émettre un avis aussi tranchant que paradoxal.

A part ceux de sa galaxie ( et encore, voir plus bas), elle ne les aime pas les blogs, dis donc !!!

Elle n’y a lu que nombrilisme, propos méchants, mesquins, attaquant les autres avec virulence.

Cette dame a une théorie : c’est parce que les blogs sont anonymes ( publiés sous pseudo) et donc « protégés » qu’il en serait ainsi.

 

Elle connaît bien mal la LEN ou feint de la méconnaître…Et dans son Dégoût , elle a la mémoire courte…Moi non et je connais bien des victimes de son clavier vipérin.

Le plus consternant est  qu’après cette saillie sur les blogs, quelques posts plus loin, la revoilà en mater dolorosa, citant toutes les misères qu’on lui fait…sur sa petite planète.

Côté nombrilisme, belle démonstration…Côté attaque aussi.

 

Si d’aventure, elle passait me lire, je voudrais lui dire qu’en matière d’anonymat, l’ironie du sort fait certainement d’elle la blogueuse la plus anonyme de l’hexagone : son pseudo est utilisé par trois autres weblogueuses sur différents hébergeurs de ma connaissance.

 

 

Mais pitié, qu’elle ne nous ponde pas un post geignard sur l’usurpation !

Ces blogs existaient bien avant le sien.

Enfin, avant le sien sous ce pseudo…