PHOTOGRAPHIE DE MARCUS RICHTER

M COMME MASQUE ( LE MASQUE - NOUVELLE ) ...

 

LE MASQUE. ( NOUVELLE )

 

Elle avait mis son masque neuf, celui là-même qu’un artisan d’origine vénitienne avait fabriqué sur sa demande à prix d’or et s’était outrageusement fardée pour L’attendre.

Elle y avait passé des heures, à devenir cette créature autre, au pinceau pour les yeux, à la laque brillante pour les lèvres, juste pour ce rendez-vous. Juste pour la surprise.

 

Pour qu’Il ne trouve pas, ce soir-là, soir d’anniversaire, la femme fatiguée du jour passé si vite, en pantalon et en tee-shirt, mais qu’Il la voit un peu comme elle se rêvait souvent, en Fatale…

Avec un quelque chose des stars allemandes du muet, un tel désir d’être un instant pour Lui Lili Marleen, convoitise, friandise, un peu intimidante aussi… Ce serait si bon ensuite d’ôter le masque et de se faire toute petite après avoir tenté d’égaler les plus grandes…

 

Il aimait bien se prêter à ces jeux, Il savait qu’ils la rassuraient sur sa féminité.

Il voulait lui aussi dans ces parades, la désigner comme la plus belle et lui montrer que l’âge, que les petites rides des soucis s’estompent si on le veut bien et que donc, elles n’ont aucune importance.

Et puis, sous ses aspects de star en strass, lorsqu’elle se livrait au jeu des masques, c’est là qu’il la savait la plus vulnérable parce que tous ces artifices n’étaient que l’aveu de son intime fragilité.

 

Elle s’était aussi parfumée longuement, elle avait oint sa peau d’huile et de crème. Elle se sentait bien. Elle attendait et songeait déjà à leur noire fête bien à eux, aux cordes qui tresseraient une fois de plus mais en un nouveau motif qu’Il lui offrirait, leur lien d’une année de plus.

 

Elle avait mis un fond musical, allumé des bougies. Pas celles, non, qui serviraient plus tard à la cérémonie, mais des bougies qui donnaient à la pièce une atmosphère différente.

 

Ce furent la musique et la fatigue qui la perdirent.

Elle s’endormit. On n’est pas star quand on a douze heures de course infernale dans les jambes, entre les transports en commun bondés et les rues à traverser en toute hâte, avec leurs feux rouges et verts qui ne fonctionnent qu’une fois sur deux….

 

Et c’est ainsi qu’Il la trouva . Et c’est ainsi qu’elle L’émut. D’avoir fait tout cela pour Lui et d’être auprès de Morphée alors qu’Il arrivait enfin, Lui qui se savait le Très Attendu.

 

Il sourit en remarquant que le sommeil avait disposé autour de son visage ses cheveux longuement lissés en sortes de fines lanières qui n’étaient pas sans rappeler celles du fouet et de ces circonvolutions qu’elle aimait tant.

 

Il éveilla d’un baiser dans le cou cette Belle au Bois dormant qui lui était si chère, qui lui était la plus chère.

Et pour la faire sourire, tandis qu’un peu hébétée elle ouvrait des yeux presque sans mémoire dans son masque, mais aussi  pour donner le ton de la nuit à venir, Il attarda un peu ses dents, tendre vampire, en morsure appliquée dans la chair d’opale qui sentait si bon…