PHOTO INERLOGIC

M COMME MANILLES 13 ( FINAL) : NOIR ...

« Les manilles », cet ensemble de textes qui couvraient l’absence de M. s’achèvent ainsi ici ce soir. Du noir, on en retourne au noir.

A demain and so on pour d’autres notes…

 

MANILLES ( FINAL ).

 

NOIR.

 

Des ronds dans l’O.

Les ronds d’acier des boucles brillent.

Le rond noir du collier exulte de sa matité dans la nuit .

Noir, en aurons-nous jamais fait le tour ? Le tour de la photo : noir ou couleur, quel est le mieux ? Le tour de l’important : la liberté, la vérité, comment les faire triompher ?

Le tour du collier à mon cou, mon seul point d’ancrage évident, seule lumière dans le noir.

T’appartenir. Et que ce ne soit pas un mot. Qu’on décline avec romantisme. Mais ma réalité précise. Tout en sachant définitivement que pour appartenir à quelqu’un, il faut d’abord s’appartenir à soi-même. Et que c’est bien là que réside le plus difficile.

Je repense au Lavilliers de ma jeunesse « N’appartiens jamais à personne » à fond dans les amplis…

Aujourd’hui, j’aimerais entendre quelqu’un chanter « Appartiens d’abord à toi-même » parce que c’est la première et la seule vraie étape pour relever tous les défis.

Le reste, le BDSM, ça, c’est le côté obscur de la vie, obscur non au sens négatif, obscur dans le sens d’ « intime ».

Mais si je suis une soumise fière de son collier, je suis encore plus fière de ce que ce collier m’aura permis de dépasser dans les petites tracasseries de ce monde où tout conseille de s’écraser, de la fermer, de faire profil bas. Moi, ce collier noir me permet d’avancer. La tête haute. Et de ne pas mâcher mes mots.

Paradoxe de la soumission. Nous avons fait le tour de la question.

 

Et alors, que le noir de ce soir soit celui du drapeau de la même couleur. Celui qui, selon Audiard, flottait sur la marmite…

Pour ce qui est de comprendre ici la marmite, vous devrez attendre à demain…

 

;-)