C COMME CORSET ...

 

Le BDSM et le fétichisme font parfois un bout de chemin ensemble…

Fixer son attention sexuelle et cérébrale sur un objet n’est pas rare chez nous : il s’agira parfois de cuissardes, de talons aiguilles, de vêtements de latex etc…

Je ne suis pas du tout fétichiste.

 

Cela méritait cette précision avant que je ne vous parle de mon corset.

Car j’ai un corset…Oh ! Pas depuis très longtemps mais bon, j’en ai un…

Le corset chez nous est destiné à fonctionner comme un ornement physique qui met en valeur par la contrainte.

Poussée à l’absolu, cette contrainte peut aller jusqu’au port de ce corset quasiment 24 heures sur 24 et cela dans le but de remodeler peu à peu le corps comme le faisaient d’ailleurs les corsets d’antan. Ici, ce sera pour plaire ou sur l’ordre de la personne à qui l’on s’est donnée corps et âme : le corset sera l’instrument mais en réalité c’est l’autre qui vous remodèlera…Jolie gageure !

 

Que j’avoue tout de suite ne pas pratiquer.  Un corset entrave tout de même beaucoup et ma vie de tout les jours ne me paraît vraiment pas propice à aller vers cet absolu pour lequel j’éprouve cependant beaucoup de « sympathie » cérébralement, dans mes fantasmes, disons…

 

Mon corset à moi, je ne peux le porter que dans certaines occasions. Je le trouve superbe : il est en cuir noir, il découvre mes seins, il se lace sur le côté… Comprenez donc qu’il doit m’être lacé par les mains de celui que j’aime et alors la contrainte qui fait partie des aspects du BDSM que j’aime devient bien douce…même si le corset serre, serre… Même si boire devient difficile…

 

Le corset c’est une constriction sans égale sur une partie délimitée du corps qui va du buste à la taille… Et une mise en premier plan des seins et de la taille…

Se transformer en quelques secondes par et pour celui qui vous possède, c’est une sorte de magie qui vous ramène à votre appartenance et à une forme exacerbée de votre féminité, deux sensations qui procurent une indicible fierté, une sorte d’ivresse.

 

Demeurer ainsi, éprouver cette contrainte, respirer petitement, devoir adapter son souffle et aussi ses mouvements à un « vêtement » dont il m’a revêtue me fait ressentir une joie intense…

 

Prisonnière comme dans les liens du bondage, sculptée par ton désir et en même temps me savoir superbe, avec un côté femme fatale , ange maudit me permet de me voir dans les miroirs avec tes yeux à toi… Et comme je sais qu’ainsi, tu me trouves réellement belle et que tu es fier de moi…je laisserais bien éclater mon emphase de joie orgueilleuse !

 

Eclater ? Et bien non ! Il ne vaut mieux pas…Le corset évite ce type de débordements : il les rend tout bonnement impossibles et … me renvoie à mon humilité de soumise que j’ai eu bien de l’audace de vouloir abandonner !

 

Clin d'oeil ;-)