PHOTO DE STEVE DIET GOEDDE

 

M COMME MANIERE ( L'ART ET LA MANIERE 3 ) ...

HUHUHU ! C'est  ma 300ème note !!!

 

Puisque j’y étais, avant-hier soir, du chat, je suis passée sur les petites annonces, histoire de prendre la température…

 

Une première remarque : huit sur dix des annonces des dames Dominatrices renvoient à un site web avec tout ce que cela sous-entend : le donjon qu’on visite virtuellement et le numéro d’appel pour prendre contact… Vous m’aurez comprise : l’hypocrisie règne, les annonces vénales sont soi-disant interdites mais je suppose que tant que le tarif n’est pas indiqué c’est la loi du pas lu-pas vu qui s’applique….

 

Les annonces des hommes soumis : la demande excédant l’offre, c’est la surenchère des mots, n’entrons pas là non plus dans les détails sinon pour dire que je suis bien heureuse de n’avoir pas été de « tendance » Dominatrice…

 

Les annonces des « Maîtres »… Au secours ! Du groupe d’hommes ( quasiment une cohorte), tous latexés qui recherchent une soumise seule ou « présentée » ( comme on dit) pour s’enlatexer gaiement avec eux (ça, c’est pour le folklore local) aux plus que nombreux hommes sévères recherchant sévèrement leur canidée ( ben, oui, pourquoi cela changerait d’une liste à un site), tous les poncifs du genre étaient bien au rendez-vous.

 

Ce qui m’a attristée a été de retrouver là-dessus beaucoup de gens connus autrefois ailleurs qui étaient des gens bien, des gens que je jugeais bien pour avoir discuté avec eux et que je continue à penser être des gens bien… Certains, lorsque je les avais connus d’ailleurs n’étaient pas seuls…

 

Et voici que je les revois là, recherchant en quelques lignes, joliment écrites souvent, comme ils parlaient joliment naguère… Et que je me demande pourquoi ils sont là , pourquoi les couples constitués ne tiennent pas ou pourquoi au bout de trois ans ceux-là cherchent encore alors qu’ils y mettent du sérieux et, je crois, de l’honnêteté…

 

Il est vrai que si on utilise le moteur de recherche, on s’aperçoit que côté féminin, il n’y a pas même une possibilité existante de « réponse » qui corresponde sur environ quarante « demandes »…

 

Navrant bilan… on peut le lire de deux façons : toutes les femmes soumises que j’avais connues ont trouvé chaussure à leur pied ou bien , il y a vraiment peu de femmes soumises qui osent se revendiquer comme telles, ce qui expliquerait enfin la « rage » que mettent les dominateurs dans le verbe.

 

Mais alors, sans le savoir, c’est là qu’ils font fuir en croyant attirer. Et que tout, toujours, chez nous, tourne en rond sans fin…