M COMME MAINS ( 2 )...     

 

Et les mains des amants, incroyablement tendres, si doucement soudées depuis l’adolescence, rappelant à l’infini cette main de l’enfance donnée à sa maman pour être rassuré, cette main de maman, la première qu’on quitte pour s’en aller voler de nos ailes novices….

Et que l’on rend bien vite, prisonnière avide, dans la première main qui voudra l’accueillir, mirage pour demain, fruit de l’obscur désir… Premier « main dans la main » qui précède de loin le tout premier baiser, voulu, valu, volé…

 

Et nous deux, mon amour, en notre âge mâture à nous donner la main comme pour nos quinze ans dans le froid de la ville, son intense brûlure, oublieux de nos gants et mitaines inutiles et préférant de loin cet extrait de caresse pour nous donner ainsi transfusion de tendresse…