L COMME LITTERATURE (2) : "HISTOIRE D'O" DE PAULINE REAGE, ILLUSTREE PAR GUIDO CREPAX ...

 

 

Ecrite par elle, dessiné par lui, l’ « ouverture » double de l’ « Histoire d’O » :

 

 

« Son amant amène un jour O se promener dans un quartier où ils ne vont jamais, le parc Montsouris, le parc Monceau. A l’angle du parc, au coin d’une rue où il n’y a jamais de station de taxis, après qu’ils se sont promenés dans le parc, et assis côte à côte au bord d’une pelouse, ils aperçoivent une voiture, avec un compteur, qui ressemble à un taxi.

« Monte », dit-il. Elle monte. Ce n’est pas loin du soir, et c’est l’automne. Elle est vêtue comme elle l’est toujours : des souliers avec de hauts talons, un tailleur à jupe plissée, une blouse de soie, et pas de chapeau. Mais de grands gants qui montent sur les manches de son tailleur, et elle porte dans son sac de cuir ses papiers, sa poudre et son rouge. Le taxi part doucement, sans que l’homme ait dit un mot au chauffeur. Mais il ferme à droite et à gauche, les volets à glissière sur les vitres et à l’arrière ; elle a retiré ses gants, pensant qu’il vaut l’embrasser  ou qu’elle le caresse. Mais il dit « Tu es embarrassée, donne ton sac. » Elle le donne, il le pose hors de portée d’elle, et ajoute : « Tu es aussi trop habillée. Défais tes jarretelles, roule tes bas au-dessus de tes genoux : voici des jarretières. » Elle a un peu de peine, le taxi roule plus vite, et elle a peur que le chauffeur ne se retourne.(….)

 

Une autre version du même début était plus brutale et plus simple : la jeune femme pareillement vêtue était emmenée en voiture par son amant et un ami inconnu. L’inconnu était au volant… »

 

    Histoire d’O -Pauline Réage- Jean-Jacques Pauvert.