Ceci est du reblogging dû au grand bug de KarmaOS en 2014. Il y aurait 53 notes à reproduire pour que mon « AURORAWEBLOG » apparaisse ici dans son intégralité. Faute de temps, je n’en passe que quelques-unes, les plus intimes. Ce blog racontera ainsi un  amour trahi depuis la ferveur du début jusqu’à la misére de la fin.

Le post ci-dessus (je le préciserai pour chacun d’entre eux) date du 23/12/2013 pour sa première publication… Vos commentaires sont absents sur ce reblogging. Je n’ai, hélas, pas pu les retrouver dans « mes documents »…

 

 

Photo « venue » du Web et légèrement retouchée.

 
Tu suspends mon souffle à Tes lèvres
 
Comme s’il était l’aile majeure
 
D’un vol errant d’oies sauvages,
 
Comme s’il était une plume égarée
 
Prête à se désintégrer
 
Dans la lueur d’un ciel englouti par le crépuscule.
 

En T’écoutant si près de moi, je me perds pourtant

Reniflant la brume qui nous enveloppe la nuit,

Soupesant les fulgurances

De ces vêpres silencieuses,

De cette minute dense

Et la couleur de l’instant où tout bascule.

 
Tu me regardes dans les yeux
 
En me liant, en m'attachant,
 
Tu me fais face et nous nous confrontons.
 
Puis Tu me décomposes
 
En mille éclats d’une
 
Mosaïque pour kaléidoscope.
 
 
Mes syllabes se salissent d’encre
 
Rouge quand je voudrais parler.
 
Embrasse-moi en harmonieux péché
 
Et dissous-moi d’amour
 
Comme un cachet dans un verre,
 
Une effervescence qui syncope…