BDSM Tango Tableau R. Fasano.

Tableau © R. Fasano.

 
 
Les phrases qui suivent pourraient apparaître comme les conseils d’un dominateur chevronné à un novice quant à l’art du BDSM.
 
« Vous devez lui bloquer le pied. Lui faire sentir que vous voulez qu’elle s’arrête. Puis, vous vous arrêterez, vous.
Alors, laissez-la libre, laissez-la se mouvoir, donnez-lui la place et l’espace pour glisser et improviser à son tour. Faites-lui choisir le tempo et tirez-en tout le plaisir que vous pourrez.
Et à peine croira-t-elle qu’elle peut faire ce qu’elle veut, reprenez les commandes et faites-lui comprendre qui est celui qui mène ! ».
 
Ce sont en fait les conseils d’un professeur de tango aux hommes dans son cours.
 
Le tango est fait de ces traquenards mais aussi de pauses et de soupirs.
Le tango est un baiser volé.
C’est une promenade conçue pour s’oublier.
Une danse qui ne peut se vêtir que d’une robe rouge.
Une façon de communiquer sans avoir besoin de chercher les mots.
 
Rien n’est plus proche de l’âme du BDSM que le tango.
Et, inversement, rien n'est plus proche de l'âme du tango que le BDSM...