BDSM Le Livre.

Photo « venue » du Web.

 
 
 
Je pourrais ici vous parler d’Haïti mais je n’ai pas les mots.
Tout d’abord mon blog reste avant tout un blog BDSM et je n’ai plus le temps d’entretenir l’autre que je possède.
Et puis, dire quoi ?
Ce qu’il faut maintenant c’est faire…
Je ne puis donc que vous inciter à faire comme je fais moi de mon côté. Pour ma part, j’ai choisi de donner le plus possible en urgence à l’Unicef mais il est encore bien d’autres organismes qui méritent que vous alliez vers eux…
 
 
 
 
Insomniaque.
Je me distrais en percevant la géométrie de cette obscurité où je procède.
 
Mon éveil à cette heure se nomme instinct, l’imperceptible son de mes pas dans la maison vibration sur une caisse claire mise en sourdine par l’atténuateur de la brume nocturne qui envahit tout, le jardin, les pins alentour, jusqu’à ma chambre même.
 
Quelqu’un pourtant marche dans ma quiétude et mon recueillement.
Pour celui-là dont j’ignore encore la forme qu’il prendra, le visage qu’il aura, je rassemble tous mes échos.
Je réunis mes lèvres sur la paume de ma main et je les lui offre.
Don total. Absolu.
Pour qu’il sente dans mes non-dits, la floraison de mes soifs inextinguibles d’appartenance.
 
Cette nuit, je suis silence. Et carrefour de moi.
Tout ce qui m’entoure est muet, comme si les objets aussi voulaient m’aider à lire.
A me lire.
 
Lire le désir qui contracte mon ventre. Pour qui ? Pour quoi ?
Que suis-je donc ?
 
Je suis une envie qui s’insinue, lente et discrète, simple comme l’est chaque chose qui est vraie et vivante, je suis le sang qui pulse, qui se mêle, qui brûle et court, qui divague sous l’épiderme, le sang qui bat aux petites veines de mes poignets, je suis une caresse lascive sur ma peau, la mienne et seulement la mienne…
Je suis l’attente du partage et du plaisir, des menottes qui signent la reddition parfaite…
 
Corps et essence. Chair et pensée.
Sang et silence. Vie obsédée, vie obsédante…
 
Je suis une complication facile.