Marilyn Monroe with rope.

« Marilyn Monroe with rope » - Photographe inconnu.

 
 
 
 
Promets-moi de garder toujours le sourire du baiser de cet après-midi quand tu plongeras dans mes yeux.
Promets-moi que chaque fois que tu auras envie de moi, tu ne tiendras pas compte ni du lieu ni des gens qui seront autour de toi, et que tu me le diras immédiatement.
J’ai besoin de savoir quand tes pensées s’évadent de ton quotidien pour aborder aux rives impérieuses de ton imaginaire désirant, celui qui te met en mode « off » des autres contingences.
J’ai cette convoitise de connaître ta concupiscence, comment elle naît et d’où elle sourd, le déclic qui lui permet d’échapper à la nécessité du réel pour entrer dans le mode « on » du fantasme.
De ton fantasme de moi.
Si tu ne me fantasmes pas, je n’existe pas.
 
Promets-moi de m’aimer telle que tu me connais, de ne pas m'adjurer d’être autre, si grande est ma fatigue de ces incessantes réclamations de tant et tant de gens, je suis ce que je suis et ne peux être différente.
Promets-moi que tu me demanderas d’être tienne constamment et que de mon côté, je pourrai t’avoir lorsque je le voudrai (et ce que cette requête a d’incongru quand aux règles du BDSM, franchement, je  m’en fiche…)
Promets-moi que tu me montreras ce qui est indispensable et ce qui est superflu et que tu me surprendras en choisissant pour moi, une fois l’un, une fois l’autre, avec tendresse et complicité.
Promets-moi que tu me feras me sentir si forte et si fière que je renaîtrai encore une fois.
 
Promets-moi que tu me donneras une corde à sauter, une corde à jouer ou une corde lisse avec un regard malicieux mais qu’avec celle-ci, à la fin, tu m’attacheras.
A toi. A jamais.
Parce que je t’aime, que je t’appartiens et que tu le sais…