Alain Bashung Concert Live Olympia 15 juin 2008.

Alain Bashung, photo d’un concert live à l’Olympia le 15 juin 2008 sur le site www.belles-photos.net

 
 
 
« Les grands voyageurs
Laissent dans le cœur des ardoises
Les grands voyageurs
Laissent les tuiles aux tuileries… ». 
Alain Bashung - « Les grands voyageurs » in « Osez Joséphine » (1991).
 
 
14 novembre 2009, au huitième mois du désert…
 
 
 
De Bashung, il nous reste la voix.
Elle va se perpétuer, rouler de pierre en pierre, oui, « like a rolling stone », à l’infini.
On croira l’avoir entendue dans le Vercors ou encore passé le Rio Grande...
Nous serons toujours là pour la percevoir comme il y a deux semaines, surpris lors de la diffusion télé d’Arthur et les Minimoys où il la prête au méchant Maltazard.
 
Ce mois-ci, et jusqu’à demain soir 15 novembre, c’est à Grenoble qu’elle vibre pour les premières représentations du ballet de Jean-Claude Gallotta, « L’Homme à la tête de chou » - celui de Gainsbourg - (lire ici sur cette page de L’Express la manière dont chaque soir les danseurs rendent hommage à l’ombre majestueuse qui les accompagne de ses seules inflexions), ballet qui partira ensuite pour deux jours (20 et 21 novembre) à Brest avant de gagner le théâtre du Rond-Point de Paris afin de s’y poser du 27 novembre au 10 décembre et puis reprendre la route en 2010, nous rejoignant enfin dans nos provinces avec la tournée à laquelle Alain Bashung s’était fait jusqu’au bout une joie à la seule idée de participer, on the road again, again…
 
Il y a aussi les coffrets DVD ou les CD, témoignages des concerts parisiens de la virée « Bleu Pétrole » de l'an passé qui vont fleurir, deux dès le 16 novembre (« A l’Olympia » et « Dimanches à l’Elysée ») et enfin, prévue pour le 30 novembre, l’intégrale en 27 CD, « A perte de vue ».
 
La nuit, je ne vous mens pas.
Cette voix-là, nous n’en avons pas fini de l’écouter...