Finalement, on a beau dire, on a beau faire, c’est la même histoire qui se répète toujours.
Quand j’avais l’âge de Préado, je connaissais par cœur le répertoire des chanteurs qu’écoutaient mes parents, c'est-à-dire le trio Brel-Brassens-Ferré et je les portais au pinacle.
Ce qui ne m’empêchait pas, d’une saison sur l’autre, d’avoir mes propres engouements pour ce qui s'entendait à la radio.
J’ai ainsi, par exemple, été fan de Plastic Bertrand.
Si, si !
 
Préado, lui, fait tourner en boucle Bashung, Higelin et Lavilliers qu’il « pique » régulièrement chez moi mais, ces temps-ci, son écran est fleuri de ce clip de Ysa Ferrer, « Last Zoom », qu’il a enregistré à la télé.
 
A force de le voir passer et repasser (je ne juge pas la qualité de la musique et des paroles, trop heureuse que mon fils ait ses goûts affirmés et bien à lui), j’ai fini par trouver que cela avait - au-delà même du stylisme vestimentaire assuré par Thierry Mugler - un petit quelque chose dans la scénographie qui le rendait propre à figurer sur ce blog sous sa forme de vidéo YouTube.
 
Je me trompe peut-être.
Mais c’est bien connu : je vois du BDSM partout !