BDSM Fétiches: Le visuel de la ligne de maquillage Chantal Thomass pour Nivéa 2009.

BDSM Fétiches: Le blush corset Chantal Thomass ligne de maquillage pour Nivéa 2009.

BDSM Fétiches: La serrure de l'ombre à paupières Chantal Thomass pour Nivéa ligne de maquillage 2009.

 

Sans être « fetish » pour un sou, sans m’astreindre jamais à un quelconque « dress-code », j’ai cependant mes « fétiches » BDSM.
Je porte les menottes comme je porterais un bijou et le corset me semble la plus séduisante des parures féminines en ces occasions nocturnes où je me sens soumise, intimement soumise, loin du sens que ce mot peut revêtir socialement.
 
Aussi cette nouvelle ligne de maquillage que Chantal Thomass a conçue pour Nivéa a-t-elle été pour moi objet de désir…
Les boîtiers sont si jolis et si évocateurs que j’ai …craqué !
 
Je ne suis sponsorisée par personne et si les photos sont mauvaises, c’est que ce sont les miennes, celles de mon blush et de mon fard à paupières actuels, prises chez moi.
Je suis même retournée aux Galeries LaFarfouillette pour y « voler » ce cliché du panonceau qui annonce la collection.
 
J’aime le matin retrouver symboliquement - sans que quiconque ne le devine - les objets qui ont fait mes nuits.
 
Me colorer légèrement les pommettes avec ce que je trouve sous ce couvercle sombrement corseté et lacé.
J’effleure de mes doigts le ruban modelé en surface et je rosis délicatement mes joues en sachant que d’autres parties de moi, celles que dégageait mon corset en cette noctée, sont bien plus rouges…
 
Me faire les yeux « vert d’O » avec cette petite boîte.
Contenant métaphorique qui renvoie à ce monde où la serrure est étroitement liée à la clé qu’on lit en relief sur le contenu : lourdes chaînes et cadenas, acier froid aux mains menottées ou scène libertine comme dans « Le Verrou » de Fragonard…  
 
Il est des gestes anodins qui deviennent un plaisir voluptueux quand on les accomplit en leur conférant un double sens tout à fait imperceptible pour les autres.
 
Ensuite, je sors en emportant mon érotisme avec moi. Au travail, en ville mais avec mon « boudoir » personnel dans ma tête.
Je ne sais pas si je suis plus « belle » maquillée mais  je ressens en tout cas une impression sensuelle très forte.
 
C’est la première fois que je vis cela grâce au « packaging » d’un produit.
Habituellement, j’éprouve les mêmes émotions mais avec la seule gestuelle magique du rouge à lèvres ou celle du parfum.
 
Affaire de femmes et non de BDSM seulement.
Mais je ne garantis nullement que cela fonctionnerait pour une autre.
Je crois que tout est question de cinéma intérieur.
Et là, chacune a le sien…