BDSM Chupa Chups Candy 18 + Visuel agence publicité Firma 2009.

Fetish Chupa Chups candy 18 + Visuel agence publicité Firma 2009.

Toys Chupa Chups Candy 18 + Visuel agence publicité Firma 2009.

Sex Candy 18 + Chupa Chups Visuel agence publicité Firma 2009.

Affiches et Concept © Agence Firma.

 
 
Ce que les Italiens appellent « le sexe extrême » (et le BDSM en fait partie aux premières loges) est à la mode, le plus souvent récupéré et dénaturé par l’ « establishment ».
Tellement à la mode qu’il engendre - via le succès de la publicité notamment - la naissance de tout un tas de « choses » qui vont du statut d’objet du désir à celui d’objet dérisoire.
Comme on le sait, j’attends impatiemment que la mode du BDSM se démode.
Ainsi vais-je commencer ce soir une petite revue des tous derniers objets du marché par la fin, c'est-à-dire par les plus dérisoires…
 
 
Par l’intermédiaire d’une agence publicitaire d’origine russe, Firma (cliquer ici chez eux pour voir les images plus en détail), la marque de sucettes Chupa Chups™  - dont le nom vient de l’espagnol « chupar », sucer - a décidé de donner un coup de…fouet à ses ventes en créant la « Candy 18 + » en trois variations de bâtonnets gourmands portant les noms si « bankables » de « BDSM », « Fetish » et « Toys ».
Histoire de se sortir du ghetto d’un public qui ne touche que les enfants et jeunes d’âge scolaire qui ont ainsi la « tototte » encore en bouche à la moindre occasion de la Maternelle à la Terminale.
 
Ces trois nouveaux « casse-dents » - car la dure rotondité des Chupa Chups™ est aussi tout bénéfice pour les chirurgiens dentistes  - sont servis par des visuels adéquats aux circonstances.
 
Le BDSM est représenté par une boule aux pointes acérées et un jeune cadre dynamique japonais la bouche en sang, fluide foncé qui coule jusque sur sa cravate.
On a une petite idée du BDSM vu par les Russes : c’est du hard assurément !
 
Le Fetish prend la forme d’un chien avec collier à pointes et d’une Chupa Chups™ accompagnée d’un tour en relief tout aussi pointu (je suis certaine que quelque « chiensanscollier » et autre « chiennedesonmaître » de t'chat BDSM se seraient contentés de cette affiche canine sans aller jusqu’à se reconnaître dans le sanglant japonais mais voici que la Russie nous « dérobe » jusqu’à notre collier !).
 
Quant aux Toys (entendre « Sextoys »), ils sont affaire de femmes : trois boules reliées, boules de geisha et/ou sucettes roses et deux nanas enva(m)pées pour nous les présenter…
 
« Suce-moi, suce-moi ! » semblent nous dire ces « candys ».
Je ne conseillerais à personne de s’y risquer. L’expérience risque d’être plus traumatisante qu’érotique.
Quiconque connaît le mauvais remboursement des couronnes dentaires par la Sécu et les mutuelles - à moins d’être maso à tout point de vue, même celui du porte-monnaie - n’aura pas envie d’y laisser ses canines.
C’est pourtant bien de cela dont il est question car, vu le gabarit des bonbecs, il ne peut en résulter qu’un désastre.
 
Bref, une gâterie à laisser de côté sous peine de...dents gâtées et une campagne de pub qui fait beaucoup parler d’elle mais qui n’a pas grand-chose de subversif à nous mettre sous…la dent.
 
Dans le style « tétine » ou « lollipop » et imagerie transgressive, je préfère définitivement les œuvres de l’artiste Michael Hussar (voir un exemple ci-dessous) qui ne fait pas dans la publicité, lui, et pas non plus dans la dentelle…
 
 
 
Michael Hussar Gothic Lollipop.