Sir Winston Churchill.

Sir Winston Churchill - Photo d’archives.

 
 
Je me retrouve ce soir lectrice, sur un forum BDSM, d’un thread fort animé autour du thème : « Dans un couple en relation D/s, se disputer est-il possible ? ».
 
Nombreux sont ceux qui défendent le point de vue que non, c’est une situation qui n’a pas lieu d’être car le Maître (ou la Maîtresse) détenant le pouvoir, lui seul a fatalement voix au chapitre et la soumise (ou le soumis) n’a rien à dire, encore moins d’arguments à soulever qui pourraient engendrer une dispute.
Tout aussi nombreux sont ceux qui répondent que la relation D/S dont on parlerait alors serait ce fameux 24/24 ou 7/7 qui n’est qu’une vue de l’esprit et que, lorsque l’on est en couple - que ce soit « vanille » ou « BDSM » - les occasions de se confronter l’un à l’autre, de s’opposer parfois et donc même de se disputer sont légion.
 
On se doute bien que je suis tout à fait d’accord avec ces derniers.
Aussi vous épargnerai-je tout développement.
Car là n’est pas mon propos.
 
L’un des participants a eu la pointe d’humour qu’il fallait pour tenter d’apaiser (sans succès) le débat.
Il a cité une phrase de Winston Churchill, personnage historique dont j’ignore à peu près tout sinon le rôle qu’il joua dans la Seconde Guerre Mondiale.
Cet homme politique ne semble pas avoir manqué d’esprit puisqu’il a déclaré un jour:
« Si deux personnes pensent constamment de la même manière, l’une des deux est inutile. ».
 
A méditer, couple ou pas, BDSM ou pas.
Et d’un point de vue politique notamment puisque que tout notre gouvernement s'exprime d’une seule voix…
 
 
 
 
 
 
 
PS : Facebook servant tout de même parfois à des choses utiles, je relaie quelque chose que l’on m’y a « donné » et je vous invite à lire ici sur mon autre blog (le « familial »  à commentaires modérés où vous ne devez pas m’appeler Aurora) un lien avec un texte fort sur Sangatte et, par extension, « la jungle de Calais »…
A votre tour de le reprendre pour que la chaîne du témoignage continue…