Miss.Tic Amoureuse Pratiquante Exposition "Go Homme" 2009.

Miss.Tic 2009 Exposition "Go Homme".

Miss. Tic "Go Homme" exposition à la Galerie Lélia Mordoch Paris 2009.

Miss.Tic Fais de moi ce que je veux Exposition Go Homme 2009.

Toutes les œuvres © Miss.Tic.

 
 
C’est grâce à Laëticia, qui commente quelquefois ici, que j’ai pu voir cette exposition la semaine passée.
 
Miss.Tic, reine du « Street Art » que l’on ne présente plus, a passé la quarantaine mais il y a plus de vingt ans déjà qu’elle promène ses pochoirs dans les rues de Paris et, qu’au hasard des murs, elle met astucieusement des mots et des jeux de mots dans la bouche des femmes qu'elle peint.
 
L’heure du succès et de la reconnaissance étant venue, Miss.Tic n’arpente plus les venelles et a désormais d’autres supports pour s’exprimer que le crépi des façades.
Ainsi peut-on la voir exposée - en entrée libre - à la galerie Lélia Mordoch, 50 rue Mazarine à Paris, depuis le 5 juin et ce jusqu’au 11 juillet 2009 (dépêchez-vous !).
 
Dans cette nouvelle « version » des aventures de ses « héroïnes », l’homme tient pour la première fois une place prépondérante.
Si Miss.Tic ne trahit rien des questions existentielles et des « maximes » qui ont fait sa célébrité, elle nous parle cependant cette fois-ci de façon - semble-t-il - plus intime des rapports Hommes-Femmes.
 
De « Go Homme » à « Go Home », il n’y a qu’une lettre.
Si vous préférez: « Va-t-en mais surtout n’oublie pas de revenir ! ».
L’amour vache, quoi.
Mais l’amour.
 
Et c’est là que, dans l’ « Amoureuse Pratiquante » de la première image, on ne peut que reconnaître un peu de nos vies BDSM même si tel n’est pas le propos de Miss.Tic, même si elle ne « mange » pas dans les mêmes plats que « nous ».
Quant à la belle du « Fais de moi ce que je veux », elle en dira long - consciemment ou inconsciemment - à toutes les soumises.
 
Quoi qu’il en soit, une seule chose est certaine : BDSM ou pas, un homme restera toujours un homme et une femme restera toujours une femme.
 
Ma seule facétie est celle d’avoir fait un choix d’œuvres (et de sentences) orientées selon...euh…mes goûts !
 
Que Miss.Tic me pardonne ce petit détournement de sens dont je me reconnais publiquement coupable : faute avouée est à demi pardonnée !