Toutes les photos de cette note © Calvato ou Kalschwarzer, selon les mentions indiquées -ou non- sur celles-ci.

 
Etant donné que tout le monde ne possède pas de donjon super-équipé ni de vieilles pierres où frimer et que, bien que me réclamant toujours d’un certain élitisme (mais élitisme n’a jamais signifié « fric » pour moi, seulement affaire de gens de bel esprit), je considère que le BDSM peut être à la portée de tous, aussi bien de ceux qui vivent dans des appartements à cloisons de placoplâtre que de ceux qui ont une demeure un peu plus cossue, je rapporte ici les résultats d’un sondage (306 participants) sur « les lieux » où l’on préfère vivre sa propre scène SM…
 
 
BDSM Sondage sur les lieux des pratiques: le salon AURORAWEBLOG.
 
A) Dans le salon ou la salle à manger pour 35,5% des votants.
  
BDSM Sondage sur les lieux des pratiques: la chambre AURORAWEBLOG.
 
B) Dans la chambre à coucher pour 29,5% d’entre eux.
  
 BDSM Sondage sur les lieux des pratiques: la cave ou le garage AURORAWEBLOG.
 
C) Dans la cave ou au garage pour 27,5% des avis.
 

BDSM Sondage sur les lieux des pratiques: la salle de bains.

 

D) Dans la salle de bains pour 5% d’aficionados. 

 

 BDSM Sondage sur les lieux des pratiques: la cuisine AURORAWEBLOG.

  
E) Et enfin, dans la cuisine pour 2,5% des pratiquants.
 
 
Que ressort-t-il de tout cela ?
 
Que « L’Histoire d’O » n’est pas plus une « Histoire d’Eau » qu’une « Histoire de Pain et Vin » et qu’on laisse plutôt salle de bains et cuisine remplir leurs offices pratiques.
Que ce n’est pas seule question de confort puisque la cave et le garage ont leurs amateurs (plus d’un quart des opinions exprimées).
Que la chambre reste un endroit érotique mais que le salon est largement en tête (serait-ce parce que Sade nous a persuadés que « La philosophie » doit se dérouler « dans le boudoir » ?).
 
Et, pour finir, « qu’une fois n’est pas coutume » car j’aurais voté comme la majorité de ces adeptes du BDSM !
 
Et vous?
 
 

 

 
 
 
 

 

 
PS (Off-Topic) : C’est d’un autre vote, bien plus néfaste, que l’on a à se souvenir en ce jour, hélas !
Vous pouvez donc passer , je vous y donne une belle adresse à retenir…