Cordes et chaînes, mer et soleil, photo de Jeanne.

Photo © Jeanne.

 
 
Jeanne ne tient pas un blog BDSM.
Pourtant, elle n’a pas sa pareille pour photographier cordes et chaînes.
Chez elle, dans un autre contexte .
Jeanne est la déesse de la mer et de l’amour…
Je la remercie avec toute mon affection d’avoir bien voulu m’ « offrir » l’une de ses images le jour même où je le lui ai demandé.
 
 
 
 
Et tu fus somptueux dans la pénombre.
Avec une détermination hardie à faire peur, tu as redessiné et mes contours et les lignes à vif de mes marques.
Sous la douche, dans une salle de bains à la lumière tremblotante, toi et moi comme à la lueur des bougies dans ce miroir perplexe qui nous regardait nous offenser avec une violence inouïe, une fièvre urgente.
Et l’eau qui descendait sans fin comme pour nous laver de nos envies.
L’eau qui nous faisait lisses pour mieux nous laisser retourner ensuite dans la moiteur sublime de ces draps défaits, froissés, ravagés.
Tu t’es rassasié de moi comme une bête sauvage.
Sans que rien ne t’arrête. Sans que tu ne me demandes rien.
Sinon de nous brûler avec ma chair devenue rouge braise.
 
Et tu parlas peu comme tu en es coutumier.
Tes lèvres étaient occupées à toute autre chose.
 
Nous à la fin, avides. Mais à vide.
Vidés.
Pendant les seize mille ans à venir, je ne te remercierai jamais assez de cela.
D’être le seul qui m’ait passé la corde au cœur…