BDSM fessée Dessin de Milo Manara pour "L'Art de la Fessée" Editions Vents d'Ouest.

Scan d’un dessin © Milo Manara pour « L’Art de la Fessée » (« L’Arte della Sculacciata ») - Editions Vents d’Ouest.

 

 
 
Je suis celle qu’on fesse
Que cela charme et qui,
C’est vrai, je le confesse,
En rougis, en jouis.
 
Je profite des Rois
Pour perdre la partie.
J’espère bien que Toi,
Tu aies la main ravie.
 
Car sens comme il fait froid,
Le dimanche en pâtit !
Mes chairs se glacent et moi,
Vois comme je m’ennuie…
 
Viens sentir dans mon cou
Jasmin et néroli
Plus bas, encore plus doux,
Mes pêches alanguies...
 
Mets le feu à ma joie,
C’est moi qui fais Fanny*
Et qui Te nomme Roi
De mon Epiphanie !
 
 
 
 
* Dans le midi, lorsqu’on perd une partie de pétanque sans avoir marqué de point, on « fait Fanny », c'est-à-dire que l’on se doit d’embrasser les fesses d’une effigie de bois au popotin généreux.
Si je ne lance pas les boules, je vis toujours « les Fêtes » jusqu’à la dernière: celle de demain est l’Epiphanie et une fois « tiré les Rois » et laissé -mine de rien- la couronne au plus petit d’entre nous, je jouerai les « Fanny » à ma façon…