Sexy String Strass

 

La soumise n’a pas de culotte.

Enfin, c’est ce que prétendent les règles du BDSM, les mêmes qui lui imposent de ne jamais croiser les jambes et de porter jupes et talons hauts, de ne pas se farder ou bien -autre version- de se maquiller comme une voiture volée etc.etc.

Je tape sur mon clavier jambes croisées et dans des chaussons Isotoner™ à cette heure.

Ben oui. Je respecte mes pieds fatigués par la longue journée.

 

Pour la culotte, j’en ai toujours une et si je ne fais tout de même pas dans le genre Sloggi™ ou Petit Bateau™, je choisis entre la pièce de fine dentelle ou le string selon ma tenue du jour.

Le string, je n’aime pas mais les pantalons de lin blanc, oui, et honnêtement c’est tout ce que l’on peut se coller comme dessous là-dessous.

 

Si je n’aime pas les strings, d’autres s’en chargent pour moi.

Tel cet habitant de Romorantin qui vient d’être arrêté hier pour  avoir dérobé strings et autres coquineries par centaines dans les maisons du voisinage.

 

Ce fétichisme n’a rien de français.

Le mois dernier, Libé nous narrait d’un Japonais qui avait fait main basse sur plus de 8000 vêtements et sous-vêtements afin de savourer l’incomparable plaisir de dormir au milieu d'eux.  

 

Il semblerait donc que ce soit la saison de la lingerie disparaissant mystérieusement dans tous les coins du monde.

On comprendra que je conseille aux dames et demoiselles, soumises ou non, de surveiller les étendoirs dans leurs jardins.

Pour ma part, je garde un oeil jaloux sur mes chaussons de repos Isotoner™.

On ne sait jamais…

 

 

 

 

 

 

 

PS : Moins léger chez oiselle

http://www.u-blog.net/oiselle/note/60