BDSM French Bondage Vintage

                                                         Photo © ???

 

 

Le mot « grivoiserie » est charmant.

Il pétille comme une eau pleine de bulles, il fait des clins d’œil.

Dommage qu’aujourd’hui on ne puisse plus l’appliquer à grand-chose, sinon à quelques « blagues » bon enfant que…même les enfants se racontent entre eux et aux bandes dessinées à la Wolinski.

 

Autrefois, la grivoiserie tenait lieu et place d’érotisme tant dans la littérature que dans la photographie.

Naïve mais émoustillante pour les yeux des papys d’antan.

C’est ce qu’il y a d’émouvant à retrouver ces premières traces de représentations BDSM.

On sait très bien qu’elles ne se montraient que sous le manteau et étaient la marotte de quelques illustres désirant rester anonymes.

 

Et pourtant de nos jours, comme tout ceci nous paraît sage et même parfois fleur bleue !

Telle cette photo allégorique de bondage qui donne tort à Brassens :

« Il est des jours où Cupidon ne s’en fout pas… ».

Ses flèches font mouche pour nous attendrir à tous les coups et, soudain, la dite « photo de charme » contemporaine nous semble dénuée de toute invention…