BDSM casse-tête

                                                                    Photo © Sylvie Blum

 

 

 

Autrefois, quand je me baladais sur un chat BDSM français, j’imaginais (je visualisais sans les connaître) assez facilement les gens qui forumaient.

 

Tout d’abord, j’avais l’impression de savoir qui avait ou non une tête à claques.

La vie m’a ensuite donné l’occasion d’en rencontrer de visu quelques-uns dans des soirées ou dans la rue (pour ces derniers par pur hasard).

Je ne m’étais pas trompée, ceux à qui j’attribuais une bouille sympa l’avaient et ceux que je pourvoyais de la tête à claques aussi !

 

A la même époque et sur ce chat, je m’étais forgée une étrange opinion liée non seulement aux participants des fora mais aussi à mes propres correspondants, opinion qui m’avait amenée à conclure que les pratiquants BDSM étaient, dans leur majeure partie, de droite.

Ce fut M. qui m’expliqua que c’était dû au chat en question, sorte de microcosme parisien avec antennes provinciales de gens aisés, mais que le BDSM n’entraînait pas d’opinion politique précise, étant donné que c’était seulement une manière de vivre sa sexualité basée sur un choix propre et indépendant de ce que l’on pouvait être ensuite dans la vie quotidienne.

 

A Rome, j’ai voulu faire la connaissance de quelques-uns des BDSMeurs de mon site favori.

Partant du fait que j’ai choisi ceux avec lesquels nous pouvions avoir quelques affinités, ils étaient, bien sûr, de gauche.

La chose est importante parce que sur cet espace fait rage ces temps-ci un forum (ou plutôt deux) sur les tendances politiques des pratiquants.

Un quelconque adhérent a lancé le premier estimant que qui domine ayant soif de pouvoir et qui est dominé voulant se soumettre au pouvoir, le BDSM est intrinsèquement de droite.

Bien évidemment, un autre a aussitôt ouvert un second fil, pour prouver que si la droite agit en faveur d’un libéralisme propice à des groupes, la gauche se place, elle, dans la ligne des libertés de l'individu et donc, selon lui, le BDSMeur ne peut être que de cette gauche.

C’est en train de devenir une véritable foire d’empoigne. Du grave est dans l’air. Sourire...

 

Et…et… si l’on compte les opinions émises et bien, il apparaît qu’ils sont en effet majoritairement de droite.

Quant à savoir si le BDSM a ou non un rapport avec cela, je me rangerai plutôt du côté de l’idée émise par M. jadis et la réponse est non, cela n’a rien à voir

 

Vous pouvez si bon vous semble me donner votre avis -même et surtout s’il diffère du mien- par rapport à vos propres relations dans ce milieu et indiquer si selon vous, la sexualité peut retentir sur les opinions politiques car la question est intéressante.

 

Je vous avoue pour conclure que dans cette affaire, j’éprouve tout de même une certaine perplexité.

Si je pars du principe que le BDSM ne peut aucunement être politisé, alors, il me faut du même coup constater une émergence (que prouve notre récente Présidentielle et, en Italie, les opposants chaque jour plus nombreux à Prodi et sa coalition) des idées de droite dans la société de ces récentes années.

 

Ou bien est-ce simplement l’écran qui est trompeur et dans ce cas, ce seraient les internautes « actifs » (blogs, forums, chats etc.) en général -et non seulement ceux qui se consacrent à l’érotisme (pour faire vite)- qui seraient quasiment aux deux tiers de droite parce que posséder un PC et une connexion au Web (j’ai pu le constater dans la classe de mon fils) demeure encore aujourd’hui une forme de privilège social.

 

 

 

 

 

 

PS : Chronique sarkozienne et darcosienne sur

http://www.u-blog.net/oiselle/note/52