Je vous parle d’un temps où l'expression « femme socialiste » avait un sens qu’elle n’a plus aujourd’hui…

 

 

                                         Clara Zetkin Rosa Luxemburg 1910, AURORAWEBLOG

                                   Clara Zetkin et Rosa Luxemburg en 1910

 

                       Mimosa journée de la femme, AURORAWEBLOG

 

Contrairement à ce qui est cru généralement, la journée du 8 mars ne doit pas sa date à une grève d’ouvrières américaines de 1857.

La décision de créer une « Journée des femmes » remonte à un congrès international des femmes socialistes de 1910 où Clara Zetkin fit adopter ce jour pour en faire une manifestation annuelle de revendication pour le droit de vote féminin.

L’Histoire du féminisme a retenu aussi le nom de Rosa Luxemburg pour avoir soutenu cette motion.

 

Aujourd’hui, en recevant notre mimosa, n’oublions pas que 40% de l’humanité ne représente pas même dans les faits un quart du monopole politique et économique du « pouvoir effectif social » dans les pays les plus modernes.

Sans même mentionner certaines régions du monde où l’univers féminin, pourtant majoritaire, est quasiment invisible.

 

Bien peu nombreuses sont les nations où cette date est effectivement commémorée.

Simplement parce qu’ailleurs -et nous devons toujours y penser- la réflexion sociale sur la condition féminine n’est pas reconnue comme « problématique » ni comme « économico-politique » ni même comme d’une quelconque autre nature…

 

Les combats au nom de notre dignité sont bien loin d'être terminés.

Il ne suffit pas d'une journée par an  pour la cause internationale des femmes!

 

Et l’on peut voir un sinistre présage dans le fait que le « Centre Social » de Copenhague où Clara et Rosa (lorsqu' il se nommait « Maison du Peuple ») prononcèrent le discours qui devait conduire à l’officialisation du 8 mars vienne tout récemment d’être démoli alors qu’il était encore en pleine activité…

Le terrain, nu maintenant après la destruction du bâtiment et trois jours d’échauffourées qui ont conduit à plus de deux cents arrestations appartient désormais à « La Maison du Père », une secte chrétienne…

 

Tout un programme.