Hors Série Octobre Novembre 2006 Magazine Psychologies Les clés d'une sexualité épanouie

                                                           Photo © Psychologies

 

 

 

Novembre s’achève et je suis affolée du nombre de petits post-it jaunes qui s’accumulent autour de mon écran et qui correspondent aux choses que je voulais signaler ce mois-ci.

 

Avant qu’il ne soit trop tard (mais je pense qu’il sera encore dans les kiosques pour quelques jours en décembre) un mot sur le Hors-Série octobre-novembre de la revue Psychologies « Les clés d’une sexualité épanouie » qui consacre un article au SM, en fait une page intitulée « SM. Des liens pour se libérer ? ».

Sur un sujet voisin dans le même magazine j’ai déjà eu ici l’occasion d’expliquer que, tout en étant une lectrice fidèle, leur esprit, leur ligne éditoriale me donnaient plus le prurit qu’autre chose.

Mais il en est de même avec « Libération », « Les Inrocks » et « Elle » que je lis avec le même acharnement (je pratique, je le reconnais, un masochisme avancé dans ma « consommation » papivore!).

 

De ce numéro, et puisque novembre était aussi le « mois de la photo », la chose à retenir est sans doute la qualité des illustrations confiées à des artistes de talent (Nan Goldin, Alain Duplantier et Geoffroy de Boismenu entre autres).

 

Le reportage BDSM est très succinct : il commence sur la description d’une soirée privée qui, livrée telle quelle à froid, est caricaturale à souhait pour le non initié qui tombera sur le journal en question.

Fidèle à sa structure, le magazine donne ensuite la parole à un sexothérapeute et à un psychanalyste.

 

Le premier, Alain Héril, nous explique, mal (ou tout au moins est mal cité), que « Le risque [est] de ne plus parvenir à prendre du plaisir en dehors de la douleur. Or, une sexualité épanouie reste une sexualité complète qui ne se cantonne pas dans un seul schéma et qui ne met pas en acte tous les fantasmes ».

C’est -comme on dit- un coup d’épée dans l’eau. 

Vrai et faux à la fois, parce que non développé.

Oui à la sexualité complète (mon cheval de bataille est -comme on le sait- l’absence d’évocation de  leurs câlins vanillés par les BDSMeurs*), non à ce « tous les fantasmes » agité comme un épouvantail inutile puisque « Tous » (comme Dieu) n’existe pas.

 

Le second, Didier Dumas, donne l’ « explication originelle » et nous renvoie, S ou M, à… la mère.

Comme d’hab, dirai-je.

« Pour chacun d’entre nous, l’idée du plaisir -qui peut d’ailleurs s’approcher de la souffrance- naît dans les bras de la mère…etc. ».

Tant qu’à faire et pour finir -perso- par ne pas être d’accord, autant retourner lire Deleuze: on en sort -au moins- avec l’impression d’être un peu plus intelligent.

 

C’est bien toujours la même tenaille.

-Parler du BDSM, du SM, le « vulgariser », est une bonne chose (ce qui est encore à discuter**) qui nous permet d’être perçus différemment par ceux qui ne nous « connaissent » pas et d’espérer sortir ainsi de notre « ghetto ».

Après tout, que voulons-nous faire d’autre avec nos blogs ?

 

-Parler du BDSM, du SM, le « vulgariser » toujours de la même façon ne fait pas beaucoup avancer les choses.

La vision offerte ne tient pas compte des différences entre pratiquants et les réduit à un seul angle de lecture.

Mais là, hélas, la majeure partie des blogs (avec leurs fictions ou témoignages standardisés à la mesure de l’auditoire qu’ils attendent) ne fait guère mieux.

 

Je poste tous les soirs presque à la même heure, au début de la nuit en tout cas. 

Le hasard m’a amenée à découvrir qu’une autre fait de même depuis une semaine.

Voici (sans la nommer -c'est une Chienne-Machin-Chose- si elle se reconnaît je veux bien mettre un lien mais vu mon opinion clairement exprimée ici sur son bintz, vaudrait mieux éviter) ses deux premières entrées et ses grands débuts :

 

1)« Voilà, j’ai passé une partie de la journée à decouvrir comment fonctionnait un blog … J’avance doucement mais surement.
- Merci à Maitresse XXX pour l’ouverture du blog.
- A la demande de mon Maitre je dors dorénavant nue (mon compagon est intrigué..)
- A la demande de mon Maitre je ne porte plus que des strings sous mes vetements.
- A la demande de mon Maitre je ferais chaque soir un compte rendu ici. »

 

2)« 13H56: Maitre a dit qu’il fallait publier des photos de moi nue sur le blog … J’ai peur

17H09: C’est fait, Maitre m’a ordonné d’etre vue telle que je suis. »

 

Voui… Bon… Un peu pauvre, quand même, non?

D'accord, pour les mateurs, il y a les photos mais franchement, moi, ça me fait une belle jambe!

Du BDSM blogué comme ça "à la demande de mon Maitre", "Maitre a dit", bof...

Et l'accent circonflexe, d'abord? Il est passé où? "Maitre", y va pas être content!

 

 

*  et ** : Je compte bien y revenir...dès que je le pourrai!

 

 

PS : Et quelques « mots » chez Oiselle.

www.u-blog.net/oiselle/note/17