BDSM Geisha

                                                      Photo © Photosight

 

 

 

Fantasmes au bord du fleuve de l’Intensité.

Je serai esclave à Rome tirée par des chaînes,

Je marcherai en oubliant ma lointaine contrée,

Je courrai derrière un char à perdre haleine.

 

Je dormirai dans une cage, lionne emprisonnée,

Le cirque autour de moi sera lieu inconnu,

J’irai de long en large et puis je feulerai

M’en remettant enfin au bon vouloir, vaincue.

 

Je me tairai, tremblante, en sorcière accusée,

Sachant que les Inquisiteurs n’ont qu’un seul livre.

Je sentirai venir le feu de mon bûcher,

Allumé par des hommes déjà à moitié ivres.

 

D’une lettre écarlate en adultère aussi,

Je connaîtrai le sort si blanc des condamnées,

Les cris et les haros autour du pilori,

Les badauds à la trogne avide d’exulter.

  

Fantômes au bord du fleuve de l’Eternité.

Japonaise geisha  qu’on va shibariser,

Goût du saké, cérémonie du thé,

Le bleu du soir et puis les alizés.

 

Petite ombre perdue au jardin des délices,

Qui musique la nuit tombée pour un seul homme,

Tendre chair en extase au jardin des supplices

Qui voit Tes doigts sur ses plaies comme un baume.

 

Plus près de nous plus près de nous pour tant

Et tant et tant de rouge et de cerises,

C’était nous, c’était nous, mais tout autant ce vent

De par là-bas auquel je suis soumise,

 

Cette autre houle qui apporte le mascaret

T’en souvient-il de celui-là, mon Ame,

Bruit de fond de cette première soirée

Quand de notre chandelle Tu allumas la flamme…

 

 

 

 

 

 

 

technorati tags: