Dita Von Teese Coupe de Martini

                                           design © copyright 2000 dita.net
                         

 

 

Pendant quelques soirées et plus précisément du 23 au 26 octobre, Dita Von Teese sera « special guest star » du Crazy Horse de Paris (lire ici) où elle se produira dans son numéro du « Bain ».

C’est une vieille coutume de ce même Crazy Horse qu’elle a remise à la mode depuis quelques années à sa manière, ce « Bain » dans une coupe de Martini avec une olive qui n’est autre qu’une énorme éponge.

 

Et c'est cette version du « Bain » de Dita qui a  été reprise par Cameron Diaz pour une scène de « Charlie’s Angels »!

 

C’est, bien sûr, un « effeuillage », c'est-à-dire le terme distingué que l’on emploie pour un strip-tease mais il sied comme un gant à Dita.

Loin du vulgaire show, la belle sait marier autant le glamour que le burlesque (mot qui est à prendre ici dans le sens de « rétro »)  et a fini par devenir l’égérie d’un autre érotisme du strip.

Porno-chic, avanceront peut-être quelques-uns.

 

Grande fille toute simple, Dita, et pourtant si « Sophisticated Lady »...

Fetish modèle, actrice éphémère dans un « soft-porn » d'Andrew Blake, mannequin  de prestige pour quelques grands défilés, épouse du « strange » Marylin Manson, « performeuse » aujourd’hui internationalement reconnue,  Mademoiselle Dita, que l’on compare souvent à Bettie Page (elles auront toutes deux fait savoir haut et fort que les brunes ne comptent pas pour des prunes) sait apparemment « manager » son parcours de façon très pragmatique.

 

Celle qui porte à l’état-civil le nom de Heather Sweet (déjà tout un programme)  a déjà, à 34 ans et malgré un début de carrière tumultueux (de nombreuses photos en soumise BDSM ou en bondage), une multitude impressionnante d’aficionados des deux sexes.

Une femme ne pourra jamais être jalouse de la beauté de Dita tant il est facile de s’identifier à un moment ou à un autre à son personnage-caméléon.

Quant aux hommes, ils rêvent en admirant sur elle cette pluie de détails fétichistes : guêpières, corsets, talons qu’ils voudraient trouver sur leurs compagnes.

Dita ne mettra pas le feu à votre ménage : vous pouvez aller la découvrir sans crainte au Crazy si cela vous tente.

 

Personnellement, je rêve de la voir un jour au cinéma : il me semble qu’elle aurait fait merveille dans « Le dahlia noir », l’adaptation du roman de James Ellroy par Brian de Palma que nous attendons tous pour début novembre!