Alex Krivstov Flowers

                                                            Photo © Alex Krivstov

 

Silencieux comme mer calmée,

Tu entres et me surprends

Dans les bras de Morphée,

Berçant des fantaisies osées

Dont Tu ne Te veux point absent…

 

Immobile poupée de porcelaine,

Je rends jaloux, je rends gourmands

Tes yeux noirs comme de l’ébène. 

Tu ne resteras pas en peine :

Tu me réveilles en susurrant.

 

Ah ! Ma furie, mon feu, mon vent

Qui a tôt fait déjà, allant,

De savourer mon cœur d’encens !

Ah! Mon abeille, en butinant,

Tu as bu tout mon parfum blanc…

 

Et Tu enfonces Ton vouloir

Au creux de mes pétales éclos

De force à l’heure où il fait noir,

Je suis fleur d’être en Ton pouvoir

Mais fleur carnivore de mots.

 

Dis m’en tant, des frais et des beaux,

Redis-moi surtout les anciens.

Ils chantent comme des nouveaux,

Les mots des premiers soirs là-haut

Et puis…rappelle-moi les miens…