Comme chandelles dans le vent

Deux bougies dansent lentement,

Laissant goutte à goutte tomber

Leurs signes, pleins et déliés.

 

Ne vous étonnez pas pourtant

Si la rose n’a point d’épines

Elle brûle bien tout autant

Que piqûre de fleur sublime.

 

Le pistil était tout tracé :

C’est l’ombilic bien entouré

Des pétales de magenta

Que le pourpre ne trahit pas.

 

Ne vous étonnez pas pourtant

Si la rose n’a point d’épines

Elle brûle bien tout autant

Que piqûre de fleur sublime.

 

A l’aube elle sera fanée,

Viendra l’heure de l’oublier

La rose aux bougies n’a qu’un temps

Comme chandelle dans le vent.

 

 

 

 

PS : Sans doute le moment était-il venu pour moi, le mélange des genres étant impossible (ces derniers jours l'ont prouvé) de rajouter à celui-ci un autre blog, forcément différent, nullement intimiste.

Il sera très loin d’avoir la constance des mises à jour d' "AURORAWEBLOG" mais il lui est devenu un complément nécessaire.

C'est ici:

http://u-blog.net/oiselle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tags technorati :