Photo © cortilidelmediterraneo

 

 

On a tous des rêves qu’il faut bien meubler.

Décorer, s’entend...

Mon érotisme BDSM ne m’entraîne pas que vers des songes de donjon à paille humide.

J’ai un petit côté boudoir où sofas et divans trônent en bonne place.

 

Et les lits. Ah ! Les lits…

Des lits de délits, des lits de délire et même des lits pour lire…

Pour ceux qui comme moi sont « bondage », le lit des fantasmes est automatiquement à une seule place et en fer forgé : lit demoiselle, lit-cage, il laisse libre cours à tous les liens, les nœuds, les enroulis de cordes imaginaires…

 

Où trouver les plus beaux ? Dans les brocantes, sur Ebay parfois et puis et puis, parce qu’ils ont toujours été les rois du design, chez les créateurs italiens.

 

Celui-là sur la photo ci-dessus (c’est en fait une banquette -mais dans mes moyens-) sera donc pour moi.

Il est tel qu’il m’habitait depuis longtemps.

Transformable en deux secondes d’un divin-divan lit-banc passe-partout en un « li-eu » des plus évocateurs, il a ce côté non ostentatoire qui me convient tout à fait.

 

Je l’ai découvert sur ce site.

Ce lien, j’ai envie de le partager avec vous tous, amateurs de beau.

Quels que soient vos goûts, « vanille », BDSM ou autres, et même (et surtout) en le visitant sans connotation érotique aucune, vous y trouverez des merveilles, toutes en fer forgé, pour chacune des pièces de la maison (jusqu’au détail de mobilier le plus infime) ainsi que pour les extérieurs.

 

Et nous sommes, n’est-ce pas, à la belle saison ?

« Sogni d’Oro », comme l’on dit à cette heure au pays de l’ami Boccace…

 

 

 

 

 

 

PS : Je suis italienne à demi (je ne suis pas superstitieuse mais…).

Donc, je ne parle pas plus de l’Italie ce soir…

Je sais trop bien qu’il reste encore à « Mes Bleus »  un fado à chanter demain soir avant de la rencontrer peut-être, comme je le voudrais tellement, tellement, mercredi à Berlin…

Mais chut ! Je n’ai rien dit, rien souhaité, je touche du bois, je croise les doigts…