Sorayama Bondage AURORAWEBLOG

                                                           Dessin © Hajime Sorayama

 

 

Hajime Sorayama est un artiste tout droit venu du genre que l’on a l’habitude d’appeler « Fantasy Art ».

Cependant, ce sont ses bondages (qui représentent toujours la même femme, parfois blonde ou parfois brune mais sempiternellement marquée d’un grain de beauté au coin de la lèvre) qui ont conquis le cœur du public et qui devinrent rapidement ses images le plus souvent reprises, notamment sur les blogs ou sites BDSM.

 

Pour ma part, c’est M. qui me fit découvrir ses dessins lorsque nous nous rencontrâmes, il y a quatre ans et des poussières, et ce fut pour moi comme s’il m’avait dit en m’ouvrant cette porte, qu’il m’avait parfaitement « comprise »…

 

Sorayama est né en 1947 à Ehime, une préfecture japonaise.

C’est bien classiquement qu’il s’inscrit à l’Université à l’âge de 18 ans. 

Deux ans après, tenaillé depuis toujours par la passion du dessin, il fait ses premières publications, quitte la faculté pour entrer à la Chuo Art Shool où il se diplôme.

 

Au début des années 70, il travaille en free lance pour diverses revues.

 

Il ne sera rejoint par la notoriété qu’en 1978 en exécutant une commande qui deviendra sa première publication à grand succès : un robot femelle dans la lignée de la vague « Star Wars ».

 

Et c’est ainsi que depuis, il regroupe ses œuvres en des thèmes bien distincts : Robots, Pin Ups, Erotics, Gynoïds et, bien sûr, Bondage.

 

J’ai choisi une image peu connue mais très graphique et très géométrique.

On croit y voir les lignes d’une portée et c’est peut-être dans celle-ci que se cache la fameuse « petite musique » propre à Hajime Sorayama…