Bondage Robert Bishop AURORAWEBLOG

                                                      Dessin  © Robert Bishop

 

 

Journée fériée. Grand calme.

Je ne vais pas lancer ce soir de caillou dans la mare mais me contenter de poursuivre une idée qui me revient de temps en temps : faire connaître les grands dessinateurs de bondage.

 

C’est Yves (à la fleur) qui, en parlant de John Willie l’autre soir dans un commentaire, m’a rappelé du même coup ce projet en chantier.

Donc, on a déjà vu John Willie ici puis Eric Stanton, .

Du coup, nous en resterons dans le bondage occidental pour évoquer Robert Bishop.

 

Américain, né dans le Michigan en 1945, Robert Bishop a été très connu dans les années 1970 pour ses bandes dessinées et les couvertures de romans qu’il a réalisées pour d’autres.

 

Il avait un réel talent de scénariste dans ses histoires (« Fanni Hall » par exemple, parodie de « Fanny Hill ») et le regard d’un peintre notamment pour ses dessins en noir et blanc réalisés à l’aérographe pour la plupart.

Ce qui le caractérise le plus, c’est une pointe d’humour omniprésente.

Pourtant, l’homme était sombre et aimait vivre à l’écart, collectionnant les armes à feu.

Robert Bishop s’est d’ailleurs suicidé en 1991 à l’âge de 46 ans.

 

Restent pour les amateurs ses jolies femmes liées dans un goût bien américain : peu d’usage de cordes mais plutôt de ceintures, rubans, bandelettes et autres. Avec des regards effrayés bien dans la ligne de la BD érotique Bondage ou BDSM des années 70-80…

Vu ce qui est dit ci-dessus, on s’apercevra que je n’ai pas aujourd’hui choisi une image très représentative de son œuvre mais celle que, moi,  je préfère, justement pour l’humour (Ah ! Cette tête à chapeaux !)

 

Robert Bishop ? Un « must » vintage que l’on ne peut oublier et sur lequel on ne peut faire l’impasse.