AURORAWEBLOG Japanese Doll by Kai Akemi

                                                  Photo © Kai Akemi

 

                                      AURORAWEBLOG Poupée Kai Akemi photographiée par Syuto Mikio

 

                       AURORAWENLOG Doll By Kai Akemi photo Syuto Mikio

 

                                                    Photos noir et blanc © Syuto Mikio

 

 

Il est quasiment impossible d’expliquer ses phantasmes.

Je ne parle pas ici de pratiques amoureuses ou d’objets « fétiches ». C’est pour cela que je mets un « ph » à « phantasme ».

Je parle des images que l’on se projette et qui ont du sens pour nous, qui sont revêtues d’un sens très particulier, vital et érotique (bien que ces deux adjectifs accolés soit pour moi une sorte de pléonasme).

Mes phantasmes vont dans deux directions très parallèles : les poupées et les marionnettes.

Je perdrais mon latin à essayer de comprendre pourquoi, je n’ai pas particulièrement aimé les poupées lorsque j’étais enfant et, vivant dans un tout petit village, si j’ai vu de nombreux cirques ambulants, je n’ai jamais assisté alors à des spectacles de marionnettes.

J’ai donc découvert les poupées beaucoup plus tard et les marionnettes aussi, en m’interrogeant sur mes « rêves BDSM » justement.

Pour les poupées, ce sont les deux séries de Hans Bellmer qui m’ont donné le « la » ( j’en ai passé une photo avec cette note) et je crois qu’ensuite les marionnettes ont suivi de peu. On comprendra que dans ce phantasme la « poupée gonflable porno » soit totalement hors-sujet.

 

Que j’aime l’idée du tireur de fils est certainement l’explication la plus vraisemblable pour la marionnette, il y a donc tout de même ici la notion de duo amoureux indivisible. Et elle n’est pas non plus contradictoire avec mes idées rebelles : c’est  bien une marionnette (masculine, certes), italienne de surcroît, qui joue tous les tours possibles à son créateur.

Créateur, tiens, on y revient pour la poupée !

Ce n’est pas très loin de la sculpture, au fond, une poupée et il  pourrait y avoir là du mythe de Galatée dans l’air… Mentor, Guide, Pygmalion…

Ceci pour expliquer que poupée ou marionnette, si je me « phantasme » ainsi, si j’ai envie qu’Il me joue comme une poupée, qu’Il me fasse valser comme une marionnette,  je n’en perds pas la tête pour autant et je garde toujours mes yeux dans les yeux de celui que j’aime.

 

L’idée du soir d’ailleurs est de vous présenter le travail de Kai Akemi : au Japon, ses poupées grandeur nature sont considérées comme des œuvres d’art. La première phase est de les construire. Elles sont ensuite mises en scène par différents photographes, habillées et dans toutes les attitudes de la vie. Très souvent, dans cette lanterne magique où défilent les photos sur son site, on croirait voir de vraies femmes. C’est tout simplement stupéfiant. Et érotique.

Et que je me « phantasme » ainsi, à Ses côtés dans la rue, « Ainsi sois-je », « Poupée de cire, poupée de son » dans le royaume du « Comme je m’imagine » n'a, pour finir, rien d'étonnant...

 

Les trois photos présentées sont une poupée « basique » de Kai Akemi et deux interprétations faites en noir et blanc par Syuto Mikio. La dernière image me fait très fortement penser à une photo qu’aurait pu prendre Nobuyoshi Araki .

Comme quoi, par un curieux détour, j’en reviens toujours à mon thème de base…

 

Le site maintenant, un de mes favoris. Une splendeur.

Comme il est en japonais (langue que je ne maîtrise pas) on considérera, pour ne pas prendre de risques, qu’il a un disclaimer adultes.

Donc, c’est seulement si l’on est majeur(e) que l’on a le droit de cliquer ici.