F COMME FIDELITE ...

Avant de devenir la compagne de M., je n’ai jamais été fidèle. Ou si peu longtemps. Je continuais à appliquer la devise-phare de ma jeunesse « un seul être ne peut empêcher de connaître tout ce que les autres ont à vous apporter ».

Il en fut donc ainsi longtemps.

Puis M. me convainquit que cette « mosaïque » ne servait qu’à cacher le fait de n’avoir jamais rencontré la personne qui, comme dans le poème d’Eluard, répondait « à tous les noms du monde ».

Il devait avoir raison puisque je suis devenue fidèle.

 

En BDSM, cette fidélité est bien loin d’être une valeur en règle. En effet, pour grand nombre de couples D/s, le fait d’éprouver l’appartenance de l’autre consiste à offrir, prêter celle-ci de façon symbolique mais concrète aussi . D’où cette notion de pluralité dont j’ai déjà parlé et sur laquelle je m’étendrai un jour.

Et puis, il arrive aussi que le Dominateur ait plusieurs soumises, ou bien qu’il demande à sa soumise de lui en trouver d’autres.

Il m’est arrivé de voir « fonctionner » certains de ces couples : cela peut marcher mais je ne saurais dire sur quelle durée et là est tout le hic !

De plus, dans la majeure partie d’entre eux, soit poussée par le Maître ; soit par d’autres raisons plus obscures que je traiterai dans « Jalousie », j’ai bien vite vu la soumise devenir « switch » comme on dit et donc se mettre à dominer elle-aussi.

Le temps seul m’apportera une réponse mais personnellement et à l’heure actuelle, je ne donne pas cher de ces couples-là à l’épreuve du temps…

 

Nous sommes donc, nous, fidèles et déjà nous le sommes tout simplement parce que l’un comme l’autre portons en nous une charge immense de jalousie et de possessivité.

En plaisantant autrefois sur « la vente aux esclaves » d’un célèbre club, je demandai à M. s’il aimerait me mettre à l’encan. Sa réponse me fait encore rire : il me répondit que, paradoxalement, oui, pour « faire l’article » mais que, ne pouvant pas même imaginer que quelqu’un(e) pose un doigt sur moi, il devrait alors m’acheter lui-même à prix d’or !

 

Pour être plus sérieux, pour nous, en BDSM comme ailleurs et peut-être là plus qu’ailleurs, la fidélité est une valeur intrinsèque.

 

Que serait cette soumission qui amènerait une femme à être livrée à un ou plusieurs autres et devoir accomplir pour eux, avec eux les mêmes gestes qu’avec son Maître, surtout si celui-ci est l’homme qu’elle aime ? Triste mascarade, théâtre et "classe tous risques".

 

Idem pour le Maître qui gère un harem. Qui oserait prétendre qu’il aura pour toutes l’identique respect, la même source de partage, l’attention exigeante et l’amour ?

 

Car l’amour et c’est l’idée maîtresse de ce post et peut-être même de tout ce weblog est unique.

Et c’est cet amour unique que nous nous portons qui fait que nous, nous sommes fidèles l’un à l’autre.