AURORAWEBLOG Shibari 3 D 

 

A force de filer des métaphores de liens, de cordes et de fils, je me suis aperçue hier soir par le commentaire de Plasoc que j'allais finir par être mal entendue.

 

Sur un blog, on parle des choses de son « intime » comme on veut ou tout au moins comme on sait. Ou bien comme il nous plaît en un instant T bien précis.

Il n’en reste pas moins que chez moi, derrière tout ce qui est plaisir des maux passé au tamis du plaisir des mots, il y a une réalité.

Réaliste.

 

Les liens, donc.

Un bondage, c’est un bondage.

Avec un peu de purisme et selon la figure, cela entrera même dans le cadre du shibari, appelé quelquefois kinbaku de façon erronée historiquement (mais qui se fiche de l’Histoire dans ces moments-là ?)

Et c’est une pratique érotique (la lettre B dans « BDSM »), ou pour d’autres plus puristes encore, un érotisme à part entière.

C’est très cérébral, très pensé, cela n’a certes pas la grande spontanéité instantanée d’un baiser par exemple…

Mais justement parce que c’est très réfléchi, très maîtrisé, le plaisir qui en découle mêle et le physique et le mental, exacerbés dans le même moment. Et c’est extraordinaire. Pour ceux/celles qui aiment cela, évidemment.

 

J’ai dans le passé ici :

- fait des tas d’articles sur l’historique, la « philosophie » du bondage, du shibari, du kinbaku …

 

- présenté cet automne un livre « Osez le bondage » d’Axterdam, aux éditions La Musardine, qui propose quelques figures simples à réaliser ( je signale toutefois que les dessins étant un peu fouillis, les étapes n’y sont pas toujours très faciles à comprendre).

 

- mis en lumière aussi avant l’été le site d’Alamut que je conseille pour de nombreuses raisons et j’y reviens aujourd'hui (adults only) pour sa remarquable partie explicative de certains liens et figures plus complexes.

 

Et puis, parce que le Japon demeure « maître » en la matière, j’envoie ce soir les toujours adultes et seulement adultes sur ce site de tutoriels en 3 D (l’image qui illustre ce post en provient d’ailleurs) qui sont d’une simplicité de compréhension même pour le/la plus maladroit(e).

 

C’est cela l’envers de la poésie des cordes : un peu de technique.

 

Sans celle-là, il n’y aurait pas de chanson des liens, pas d’amour lié, pas d’hirondelle qui vole attachée.

 

Tant pis si je démystifie. Le ressenti personnel, la transmission de ce ressenti par l’écriture ensuite, c’est autre chose.

Mais je préfère que l’on sache -matériellement- ce qui est à la base de ce que j’écris.

 

 

Disclaimer :

 

 

Je suis majeur/e et j’ai pris connaissance que le lien que l’on va m’indiquer conduit vers un site pour adultes : je clique ICI.

 

Je ne suis pas majeur/e ou ce site n’a aucun intérêt pour moi : je retourne lire d’autres blogs sur la page d’accueil de U-blog.

 

 

        

PS. Maitre Eolas s'étant déclaré sur un autre blog très réservé quant à l'utilisation du célèbre personnage de bande dessinée sans l'autorisation de son auteur  pour des logos voulant venir en aide à Garfieldd, je retire donc mon image en rappelant néanmoins le lien pour la pétition nationale, ici.

                    

 

 

 

tags technorati :