AURORAWEBLOG Eric Stanton bondage

                                                    Image © Eric Stanton

 

 

Disons-le d’emblée : ce soir, je triche un peu.

Il est en effet infiniment rare de trouver chez Stanton des images de bondage où c’est l’homme qui lie la femme.

 

Né en 1926, décédé en 1999, Eric Stanton a commencé une illustre carrière dans le monde des « comics » américains lorsqu’il fut découvert par l’éditeur Irwing Klaw, en 1947.

Le monde de Stanton, je laisse tout loisir à ceux qui voudront le découvrir sur la Toile de le faire, est peuplé de créatures féminines froides et sans pitié, d’une beauté rappelant celle de Bettie Page et liant avec un stakhanovisme exemplaire tantôt des hommes, tantôt des femmes… mais plutôt des hommes.

 

Chez Stanton, contrairement à John Willie dont il est certainement le plus proche pour le coup de crayon (il se prêta après la mort de celui-ci à la publication d’une ou deux aventures de « Sweet Gwendoline » en couleurs, qui ne marquèrent pas ou bien peu : la « pauvre » Gwendoline n’était pas un thème fait pour Stanton), il n’y a aucune bienveillante attention prêtée par le dessinateur à la victime.

Celui-ci, celle-là n’est croquée que dans son effroi afin de mieux mettre en valeur la femme cruelle qui orchestre la scène.

 

La « femme » de Stanton est une femme dominante. Ce qui fait du dessinateur une idole des Dominas et…des hommes soumis.

Mais cette idolâtrie est à la mesure de son talent.

 

Stanton demeurant aujourd’hui encore l’un des plus grands illustrateurs du bondage occidental, pas question de faire une impasse sur lui !

 

Je me suis juste permis le clin d’œil de dépouiller mes archives en y cherchant, telle une aiguille dans une botte de foin, une image de lui qui ne trahisse pas tout à fait…mon univers fantasmatique à moi !

 

 

 

 

 

 

 

 

tags technorati :